DISC vs Gestes barrières

Vous le savez : la plus grande partie de la communication est non vocale. Regards, poignées de mains, gestuelles ou encore micro expressions sont autant de signes qui en disent beaucoup sur vous-même et votre état d’esprit du moment. Lorsqu’on découvre le modèle #DISC, cela fait partie de ce qu’on découvre en premier. Oui mais voilà ! Covid est passé par là et a changé la donne…

Dans la synthèse des profils DISC, une place importante est accordée à tout un ensemble d’éléments qui sont remis en cause durant cette crise mondiale. On apprend ainsi que les dominants (rouges, lettre D) ont une poignée de main ferme et brève. Mais les poignées de main sont désormais proscrites de notre société, aussi bien dans un contexte professionnel que personnel. Le consciencieux (bleu, lettre C), qui ne recherche pas spécialement le contact, et qui salut ses collègues par convention sociale plus que par envie, est certainement le moins indisposé par ce geste, ou plutôt par son abandon.

Aucun texte alternatif pour cette image

Si vous ne l’avez pas déjà fait, je vous recommande de découvrir rapidement cette petite synthèse avant de poursuivre. Et pour conserver dans votre tiroir de bureau ou pour discuter avec vos collègues, le site profil4.com propose également des mémentos gratuits pour chacun des quatre profils DISC (Dominant, Influent, Stable et Consciencieux).

Mais alors, comment distinguer un rouge d’un bleu, alors même que ce critère bien spécifique était un indicateur très révélateur ? Pire encore, si l’on peut dire, en y regardant trop vite, un dominant pourrait passer pour un consciencieux si l’on ne tient pas compte du contexte. On insiste d’ailleurs toujours sur l’importance du contexte et de l’environnement en formation.

On parle souvent du profil naturel et du profil adapté. Le profil adapté représente votre « Moi public ». C’est celui que vous présentez en réponse à votre environnement. Jung appelait cet aspect « le masque ». C’est celui que vous choisissez de montrer aux autres. C’est votre façon de « paraître ». Le profil naturel représente votre « Moi privé ». Il vous indique l’aspect de votre comportement qui est le moins susceptible de varier, c’est celui que vous avez choisi inconsciemment, celui qui a le moins de chances d’être influencé par vos attentes et par celles de votre entourage. Ce deuxième indicateur vous montre quelle est votre « personne réelle », c’est celui vers lequel vous vous rabattrez automatiquement quand vous aurez du mal à maintenir votre profil « adapté ».

Il est tout à fait normal que votre profil adapté et votre profil naturel divergent. C’est signe que, consciemment ou inconsciemment, à tort ou à raison, vous ressentez le besoin de vous adapter (d’où le nom) à votre environnement, équipe, contraintes, mission, etc. Par exemple, un comptable aura tendance à forcer son côté consciencieux, un commercial essaiera d’être plus avenant, un chef d’équipe se voudra plus autoritaire, etc.

D’ailleurs, on voit bien, en entreprise, que nos collègues influents (jaunes, lettre I), qui adorent serrer des mains, continuent d’enclencher un subtil mouvement du bras avant de se restreindre. Et c’est une source de peine et de frustration pour eux.

Notre cerveau sait décrypter naturellement et inconsciemment les expressions du visage et du corps. Mais comment peut-il fonctionner lorsque la moitié du visage est couverte par un masque ? Les expressions au niveau des yeux sont parmi les plus parlantes, mais le masque les perturbent également. En étant formé à les associer au DISC, il est facile de se laisser tromper par une micro expression déformée par un accessoire. Et c’est aussi perturbant qu’un influent (jaune, lettre I) qui éviterait le contact. On pourrait penser, à tort, qu’un conflit existe avec la-dite personne alors que c’est une simple mesure d’hygiène mal interprétée. Mais l’inverse est vraie également. Le travers serait de sous estimer une situation en en attribuant les indices à Covid.

Et bien entendu, il est conseillé de garder nos distances. Les poignées de main sont interdites, mais tous les autres contacts à vocation chaleureuse. Et c’est sans parler de bises, qui sont carrément hors de propos, mais qui ont changé bon nombre de pratiques et d’habitudes à elles seules. Dans notre culture, la distance est systématiquement interprétée comme une prise de distance… CQFD 🙂 Et même en ayant en tête que c’est une mesure spécifique (et espérons-le temporaire), notre esprit n’est pas préparé à faire la part des choses. Certe, l’Homo Sapien n’a pas/plus le contact aussi expansif que ses cousins arboricoles, mais cela est inscrit dans ses gênes. Quelques mois ne vont pas effacer des millénaires d’un claquement de doigts .

Aucun texte alternatif pour cette image

Nous avons cette discussion à propos des poignées de main et des micro-expressions mais elle se pose exactement dans les même termes pour d’autres indicateurs, parfois moins évidement remis en cause par Covid. On pensera par exemple à la pause café, elle aussi très caractéristiques des différents profils et de leurs combinaisons. Il y a quelques temps, nous avions d’ailleurs proposé des scènettes pour l’illustrer.

Nos médias sont disponibles sur le site et vous pouvez les utiliser gratuitement dans vos propres communications sous réserve de ne pas les modifier et de nous en informer.

Même si elle revient timidement, la pause café tient encore est toujours un rôle important pour la cohésion du groupe. Mais les règles ont changé ! Plus question de s’installer les heures. Interdiction d’offrir ou de distribuer les verres. On garde nos distances, et on évite d’être trop nombreux.

Avec la pause café, on reste encore toutefois dans le domaine de l’évidence. Discutons des conférences vidéo dont la pratique a explosé ces derniers mois, principalement par nécessité. Ces réunions par ordinateurs interposés ne suivent pas les mêmes règles et codes que les réunions classiques. On constate d’abord qu’elles sont plus calmes et plus respectueuses. De nombreux billets de blog et articles traitent d’ailleurs du sujet. On laisse plus facilement chaque participant parler à son tour, sans l’interrompre et en suivant bien un ordre du jour. Les stables (verts, lettre S) y trouvent une alternative pour s’exprimer sans crainte, et sans se faire couper lors d’une respiration trop prolongée. Les consciencieux (bleus, lettre C) en profitent pour exposer tranquillement leurs arguments et démarches.

Mais les réunions à distances tendent à recréer le contact social. J’interviens régulièrement (et principalement d’ailleurs) dans des équipes informatiques où les préceptes de l’agilité se sont imposés depuis quelques années. Par exemple, la méthodologie Scrum réclame qu’une réunion, appelée « daily stant up », se découle chaque matin. Tous les membres de l’équipe y participent et chacun s’exprime à tour de rôle. On ne parle que des tâches en cours sans entrer dans les détails. C’est un transfert d’information ou de demandes rapides. Les points abordés, s’ils nécessitent plus de travail, sont traités en dehors de la réunion. Cette réunion se déroule impérativement debout car on a constaté ce cela aide à en réduire la durée. Bien entendu, en télétravail, les participants restent dans leurs fauteuils, même si certains s’évertuent à jouer le jeu. À distance, par définition, on ne se voit pas, si l’on peut dire. Le contact est rompu. Le stand up, qui est censé durer un quart d’heure max et se concentrer sur les éléments spécifiques à cette réunion, dérive légèrement, principalement en durée, et les participants en profitent pour ses donner des nouvelles. Les organisateurs, notamment le Scrum Master, ont tendance à laisser faire car, dans le contexte, les gains sont supérieurs au respect strict de la méthodologie.

Aucun texte alternatif pour cette image

Moins évident encore, les emails ont également été bouleversés. Et pourquoi ? Tout simplement parce que les bouleversements des autres modes de communication ont déteint dessus. Certains profils vont les utiliser encore moins, au profit du chat notamment. Certains profils vont en abuser. Mais d’autres profils encore vont les utiliser de manière plus sérieuse pour compenser les manques observés ailleurs. Dernièrement, j’étais ainsi surpris de recevoir l’email d’un dominant, pourtant connu pour ses messages succincts, dans lequel il mélangeait les tâches et la vie de l’équipe allègrement. Et au contraire, un collègues influent s’est évertué à bien différencier les sujets. Là encore, une analyse trop rapide, sans tenir compte du contexte et de l’historique, conduirait immanquablement à des conclusions erronées.

Les exemples sont légions. N’hésitez pas à nous faire part des vôtres en commentaires.

Et comme toujours je vous invite à visiter profil4.com et à y établir votre profil DISC.

Aucun texte alternatif pour cette image

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s