Origines du DISCp4

En tant qu’utilisateur du modèle DISCp4 et des outils associés, vous n’avez pas besoin d’en connaitre l’historique complet. Il est toutefois passionnant de s’y intéresser pour bien comprendre comment on en est arrivé là, d’où ça sort, ou tout simplement en quoi le modèle est fiable. Dans ce billet, nous allons présenter rapidement les origines et les évolutions du modèle DISCp4. Lisez bien tout car vous allez être surpris…

DISC est l’acronyme de Dominant, Influent, Stable, Consciencieux. Le modèle DISCp4 permet d’évaluer le profil des personnes selon ces quatre composantes. On représente les 4 composantes du modèle DISCp4 sur un disque, séparées par les deux axes tâches-personnes et extravertis-introvertis. Chaque composante possède ses caractéristiques propres et deux quartiers contigus partagent un certain nombre de caractéristiques. Les profils de gauche sont plutôt orientés vers les tâches tandis que ceux de droite sont plutôt orientés vers les personnes. En haut, on retrouvera plutôt des personnes extraverties, qui se sentent supérieures à leur environnement et qui le maîtrisent. En bas, on retrouvera plutôt des personnes introverties, qui subissent leur environnement plus qu’elles ne le maîtrisent.

Le DISCp4 mesure votre style de communication et de comportement. Ce n’est PAS un test de QI. Cela ne mesure PAS votre intelligence, vos aptitudes, votre santé mentale, vos valeurs, etc. Les profils DISCp4 décrivent les comportements humains dans de nombreuses situations, par exemple en réponse au stress, aux défis, aux challenges, aux crises, aux procédures, etc.

Les résultats du DISCp4 sont fiables. Ils résultent d’études sérieuses des caractéristiques comportementales effectuées depuis les années 30. Vous apprenez comment adapter vos réponses en fonction du profil de la personne avec qui vous parlez ou de la situation. Vous pouvez notamment choisir de ne pas utiliser le comportement avec lequel vous êtes le plus à l’aise, le vôtre, au profit de celui qui sera le plus efficace avec vos interlocuteurs.

Et les bénéfices ? Une communication plus efficace par la connaissance de son profil et celui de ses interlocuteurs. Par exemple, une personne au profil Dominant (D), généralement énergique, sera inspirée de parler calmement lorsqu’elle s’adresse à une personne au profil Stable (S). Un management mieux ciblé. Connaître le profil de ses collaborateurs permet de distribuer plus efficacement les tâches selon les objectifs et les contraintes. Cela permet aussi de communiquer plus efficacement à l’oral comme à l’écrit, notamment par courriel, car chaque profil a des caractéristiques propres. Enfin, cela permet de constituer son équipe en choisissant au mieux ses membres en fonction du contexte.

Chez les grecques

Comme d’habitude, tout commence chez les grecques. Quatre siècles avant notre ère, Hippocrate, que l’on considère comme le père de la médecine, révolutionne les pensées et les croyances en affirmant que la nature est à l’origine des maladies alors que les citoyens lambdas étaient convaincus que leurs destins et vies dépendaient des dieux.

Selon Hippocrate, le tempérament contrôle le comportement. C’est ce qu’il précise dans la Théorie des Humeurs (Pathologie Humorale), qu’il connecte à 4 états d’esprit ou 4 types de personnalité. La (bonne) santé dépend de l’équilibre entre le Sang, la Bile jaune, la Bile noire (atrabile) et le Flegme (lymphe). Le corps cherche à retrouver cet équilibre. La transpiration, les vomissements ou encore la toux sont autant de tentatives du corps de se débarrasser des éléments en trop.

On ne va pas pouvoir faire un parallèle avec le modèle DISCp4 mais on voit que cela se dessine. Une personne peut être alors :

  • colérique : contrôlée par sa bile jaune (foie), fougueuse, imprévisible, effrayante, irritante.
  • sanguine : controlée par le coeur (sang), positive, enjouée, optimiste, désinvolte.
  • flegmatique : contrôlée par le cerveau (mucus), cérébrale, lente, visqueux.
  • mélancolique : contrôlé par la bile noire (rate), sombre, pessimiste. -> se mettre la rate au court bouillon.

En simplifiant, on pourrait associer le profil colérique au dominant, le profil sanguin à l’influent, le profil flegmatique au stable et le profil mélancolique au consciencieux. On sent toutefois, ne serait qu’à travers les noms, que cela ne colle pas complètement.

D’ailleurs on pourrait associer la couleur rouge au sang, alors que nous avons pris l’habitude d’associer le jaune à l’influent et le rouge au dominant… Bien entendu, il n’y a pas de parallèle exact. Et puis, souvenez-vous de ce que je vous avais déjà présenté dans le billet de blog intitulé « Couleurs, totems et pictos des profils DISC p4 », à savoir que les couleurs ont évolué dans les années 2000s.

Chez les aztèques

Les aztèques ont utilisé une classification inspirée de leur environnement, qui s’est propagée dans notre culture, et qu’on utilise encore volontiers de nos jours. À vrai dire, on sait qu’elle a été utilisée par cette civilisation, car de nombreuses gravures sur les roches en témoignent, mais on ignore s’ils en sont à l’origine. Vous noterez qu’on en trouve également des traces en orient.

La classification aztèque met en avant 4 éléments : le feu, l’air, la terre et l’eau. Je suis convaincu que vous la connaissiez déjà.

Dernièrement, nous avions mis en avant des pictos très proches sur profil4.com. Bien plus symboliques que les totems, les pictos sont particulièrement appréciés en entreprise et dans un cadre pro. 

Ce pictos symbolisent :

  • Feu : l’urgence, attention il brule.
  • Soleil : il réchauffe et apporte la joie. En été, il réchauffe l’air. Et quand il s’éloigne on a froid (au coeur).
  • Feuille (arbre) : la nature et le calme. L’arbre enforce profondément ses racines dans la terre à la recherche des nutriments et de l’eau.
  • Goutte (eau, mer) : l’ordre, il est un peu froid.

Jung (et Freud)

Doit-on encore présenter Carl Gustav Jung (1875-1961) et Sigmund Freud (1856-1939) ? Il est vrai qu’on parle plus volontiers de Jung sur profil4.com, et notamment du « masque ».

Médecin viennois, Freud rencontre plusieurs personnalités importantes pour le développement de la psychanalyse, dont il est le principal théoricien. Son amitié avec Wilhelm Fliess, sa collaboration avec Josef Breuer, l’influence de Jean-Martin Charcot et des théories sur l’hypnose de l’École de la Salpêtrière vont le conduire à repenser les processus psychiques. Ses deux grandes découvertes sont la sexualité infantile et l’inconscient. Elles le conduiront à élaborer plusieurs théorisations des instances psychiques, en premier lieu avec les concepts d’inconscient, de rêve et de névrose, puis il proposera une technique de thérapie, la cure psychanalytique, qu’il définit pour la première fois en 1904. C’est dans le cadre de la cure, dès les Études sur l’hystérie, et particulièrement dans sa première analyse du « cas Dora », que Freud découvre peu à peu l’importance du transfert.

Fondateur de la psychologie analytique et penseur influent, Jung est l’auteur de nombreux ouvrages. Son œuvre est liée à la psychanalyse de Sigmund Freud, dont il a été l’un des premiers défenseurs et dont il se sépara par la suite en raison de divergences théoriques et personnelles. Dans ses ouvrages, il mêle réflexions métapsychologiques et pratiques à propos de la cure analytique. Jung a consacré sa vie à la pratique clinique ainsi qu’à l’élaboration de théories psychologiques, mais a aussi exploré d’autres domaines des humanités : depuis l’étude comparative des religions, la philosophie et la sociologie jusqu’à la critique de l’art et de la littérature. Carl Gustav Jung a été un pionnier de la psychologie des profondeurs : il a souligné le lien existant entre la structure de la psyché (c’est-à-dire l’« âme », dans le vocabulaire jungien) et ses productions et manifestations culturelles. Il a introduit dans sa méthode des notions de sciences humaines puisées dans des champs de connaissance aussi divers que l’anthropologie, l’alchimie, l’étude des rêves, la mythologie et la religion, ce qui lui a permis d’appréhender la « réalité de l’âme ». Si Jung n’a pas été le premier à étudier les rêves, ses contributions dans ce domaine ont été déterminantes.

Note : les paragraphes précédents ont été copiés collés de wikipedia.

Marston

En 1928, il publie Emotions of Normal People, livre dans lequel il affirme que beaucoup d’éléments liés aux vies affective et sexuelle et considérés comme anormaux dépendent en réalité du système nerveux. Dans cet ouvrage, qui fait encore référence, il explique comment les émotions conduisent à des différences de comportement entre les groupes de personnes et comment le comportement d’une personne peut changer au fil du temps. Son travail a porté sur les phénomènes psychologiques directement observables et mesurables. Marston explique que l’expression comportementale des émotions pourrait être classée en quatre composantes primaires, provenant de la perception de soi dans la relation de la personne à son environnement. De là découlera finalement le modèle DISC et plus récemment le modèle DISCp4

La même année, il est embauché comme psychologue par les studios Universal. Il fait des expériences, comme par exemple couper la scène finale d’un film aux spectateurs pour mesurer la frustration du public. S’il en est un, Marston est certainement le père du modèle DISC. On a déjà parlé de lui dernièrement dans un billet intitulé « Professor Marston and the Wonder Women, ou le modèle DISC sous un angle différent ».

Marston révolutionne son domaine avec une approche radicalement moderne. Il s’intéresse en effet aux personnes normales, par opposition aux personnes ayant des problèmes. Et il réalise des études statistiques. De nos jours, cette façon de faire nous semble classique et cohérente avec une approche scientifique. Mais il faut bien se rendre compte à quel point elle était nouvelle il y a à peine cent ans.

D’ailleurs, quand on parle du Docteur Marston, on devrait parler des docteurs et pas seulement de William. En effet, et même si c’est difficile à quantifier, on sait que sa femme, a joué un rôle important dans ses recherches. Et leur maitresse commune, puisque le couple était un trio, a également une place dans l’histoire. Le moins qu’on puisse dire est que les Marstons ne cadraient pas exactement avec les standards de l’époque, ce qui leur a posé de nombreuses difficiltés.

À l’origine, Marston s’intéresse aux concepts de dominance et de soumission, largement repris dans le comic Wonder Woman. Si vous n’avez pas encore lu le billet présenté ci-dessus, je vous conseille de le découvrir avant de poursuivre. Marston travail également sur le concept de vérité et de vérité perçue, lui aussi largement repris dans le comic. Il est d’ailleurs considéré comme l’un des inventeurs du détecteur de vérité.

Clarke

Psychologue industriel, il a été le premier à construire un instrument d’évaluation (test de personnalité) en utilisant les théories de Marston. En 1956, il publie « the Activity Vector Analysis » (AVA), une liste d’adjectifs qu’il présente aux gens en leur demandant d’identifier ceux qui leur correspondent. L’outil, utilisé par Clarke depuis 1948, était destiné à la sélection du personnel par les entreprises. Il est directement inspiré des travaux de Marston. Il met en avant quatre facteurs : agressivité, sociabilité, contrôle des émotions et adaptabilité. Ce test est encore très largement utilisé de nos jours, au moins comme base de travail.

BRAPHIS

L’indice BRAPHIS met l’accent sur les éléments les plus susceptibles de motiver le comportement des personnes en fonction des circonstances. Dit autrement, l’indice identifie ce qui est important pour les individus et les motive à agir : plaisir, sécurité, altruisme, etc.

Connaître et comprendre ses propres motivations est un pas important vers l’analyse du Moi. Parallèlement, identifier les motivations de ses interlocuteurs permet d’adapter ses propres attentes et besoins, et d’orienter la discussion vers ce qui a un véritable impact concret.

Les analyses des motivations et l’indice BRAPHIS sont directement inspirés des travaux de Spranger, Maslow, et Herzberg. Cet outil puissant se marie parfaitement avec le modèle DISCp4 qu’il enrichit et nuance, dans un cadre aussi bien professionnel que personnel.

Spranger

Psychologue, professeur et philosophe berlinois, contemporain de Marston et Jung, Eduard Spranger est connu pour ses travaux mettant en évidence les différentes perceptions du monde.

À la fin des années 1920s, il publie le livre « Types of men » dans lequel il définit six types théoriques de personnalité : Theoretical (découverte de la vérité), Economic (utilité), Aesthetic (forme et harmonie), Social (amour des personnes et bienveillance), Political (pouvoir) et Religious (unité).

On notera que Maston publie « Emotions of normal people » au même moment. Ces deux ouvrages posent les fondamentaux de la pédagogie et de la psychologie comportementale et font encore référence un siècle plus tard. Le modèle DISCp4 et l’indice BRAPHIS s’en inspirent.

MASLOW

Psychologue américain, Abraham Harold Maslow est considéré comme le père de l’approche humaniste. Il est connu dans la psychologie du travail pour ses études sur la motivation, souvent résumées abusivement à une simple pyramide dont il faudrait monter les degrés les uns après les autres pour atteindre la pleine satisfaction.

Il fait également figure de proue de la psychologie transpersonnelle, branche de la psychologie qui dépasse ce qui concerne strictement la personnalité pour s’intéresser à la dimension spirituelle de l’homme et aux états de conscience exceptionnels.

HERZBERG

Psychologue américain, lui-aussi, Frederick Herzberg est célèbre pour ses travaux sur l’enrichissement des tâches au travail (théorie des deux facteurs, théories des besoins et des motivations). Il s’intéresse aux relations de travail d’un point de vue humaniste et aux conditions de travail au milieu industriel.

À la fin des années 1970s, il publie « Le travail et la nature de l’homme » qui confirme la thèse originale qu’il avait proposée dans « Job Attitudes », puis formulée dans « Motivation to Work » vingt ans plus tôt. Selon lui, l’industrie a su subvenir aux besoins extérieurs de l’homme par la production des biens de consommation, mais elle a perdu de vue la satisfaction de ses besoins intérieurs indispensable à la survie de sa créativité.

ROSENBERG

La communication non violente (CNV) est un processus de communication élaboré par Marshall B. Rosenberg. Selon son auteur, ce sont « le langage et les interactions qui renforcent notre aptitude à donner avec bienveillance et à inspirer aux autres le désir d’en faire autant ». L’empathie est au cœur de la CNV, entamée dans les années 1970, ce qui constitue un point commun avec l’approche centrée sur la personne du psychologue Carl Rogers dont Marshall Rosenberg fut un des élèves. L’expression « non violente » est une référence au mouvement de Gandhi et signifie ici le fait de communiquer avec l’autre sans lui nuire (voir ahimsa). Marshall Rosenberg s’appuie également sur les travaux de l’économiste chilien Manfred Max-Neef, qui a analysé les besoins humains.

Le Centre pour la Communication NonViolente (The Center for Nonviolent Communication, CNVC) parle également d’une « communication consciente » dont les caractéristiques principales sont l’empathie, l’authenticité et la responsabilité.

Marshall Rosenberg propose une définition du processus de la CNV, processus qui, selon lui, est continuellement remis en question. La Communication NonViolente, c’est la combinaison d’un langage, d’une façon de penser, d’un savoir-faire en communication et de moyens d’influence qui servent mon désir de faire trois choses :

  • me libérer du conditionnement culturel qui est en discordance avec la manière dont je veux vivre ma vie.
  • acquérir le pouvoir de me mettre en lien avec moi-même et autrui d’une façon qui me permette de donner naturellement à partir de mon cœur.
  • acquérir le pouvoir de créer des structures qui soutiennent cette façon de donner.

Note : les paragraphes précédents ont été copiés collés de wikipedia.

Bien que la CNV ne fasse pas partie, à proprement parlé du modèle DISCp4, la plupart des organismes dont profil4.com, s’en inspirent très largement dans les études et analyses qui sont faites des tests et des résultats.

Et bien sûr, rendez-vous sur profil4.com pour établir votre profil DISCp4 et ceux des membres de votre équipe.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s